Ehouarn joncour (Souscritoo) : « Dans le domaine du digital et du SEO, il faut être réactif, très rapide, et ne pas se contenter des choses que l’on peut nous apprendre »

Jul 21, 2017


Ehouarn Joncour (Programme Grande Ecole 2016) a rejoint la start-up Souscritoo en avril 2016. Cette société propose gratuitement aux particuliers qui déménagent de gérer pour leur nouveau logement la souscription à leur contrat d’énergie et de gaz,, leur contrat de box internet, leur assurance habitation et la réexpédition du courrier via La Poste.

Ta fonction au sein de Souscritoo, ça consiste en quoi ?

Je suis Head of SEO. Mes missions quotidiennes ont un seul et même objectif: faire en sorte que les internautes nous trouvent en améliorant le référencement des sites que nous gérons pour leur permettre d’avoir la meilleure position dans les résultats de recherche. En collaboration avec mon équipe, je travaille à l’optimisation des sites, au suivi de leur évolution et à la surveillance de la concurrence. Les leviers que j’utilise pour cela sont la création de contenus, la recherche de popularité et l’amélioration de la conversion sur nos landing pages

Ton challenge au quotidien, comment tu le décrirais ?

Curieux et créatif de nature, je cherche toujours de nouvelles idées pour renouveler notre stratégie SEO. Le plus challengeant est que le SEO est un domaine qui se renouvelle quasi quotidiennement. Dans le domaine du référencement, rien n’est jamais acquis. Le risque est de penser que la position d’un site est définitive et de se laisser dépasser par la concurrence. Le SEO est un défi de tous les jours, il ne faut pas se laisser déborder.

emlyon business school, ça t’évoque quoi ?

Un parcours très enrichissant, la possibilité de découvrir des enseignements variés et surtout la confirmation de mon goût pour l’entrepreneuriat. Pendant trois ans, j’ai eu l’opportunité de développer mes connaissances grâce à un parcours d’enseignement riche et la possibilité d’interagir avec des intervenants de tous horizons. Ces échanges ont été la clé de voûte de mon choix professionnel, et le premier pas vers l’aventure entrepreneuriale.

Et être un « early maker » ?

Il représente ma manière de travailler aujourd’hui avec la volonté d’être un acteur de la start-up dans laquelle j’évolue. Je continue de faire, faire vite et de vouloir aller toujours plus vite que la concurrence. Dans le domaine du digital et du SEO, il faut être réactif, très rapide, et surtout ne pas se contenter des choses que l’on peut nous apprendre. Plus précisément, il ne faut pas avoir peur de rentrer dans des sujets qui en apparence ne nous concernerait pas (on pourrait penser que cela sera plutôt le travail d’un développeur ou d’un ingénieur) : il y a plein de sujets “techniques” ou “compliqué” en apparence qui sont largement à notre portée. En clair, il y a plein de ressources gratuites à notre portée à aller chercher et il faut les utiliser pour se former sur plein de sujets.

Quelle est ta vision du manager idéal ?

Être manager c’est être capable de tirer le maximum des personnes autour de soi : de les rendre meilleures et que cela rejaillisse sur l’équipe. J’ai le plaisir de suivre une quinzaine de mes collaborateurs au quotidien et d’apprendre de leurs différents parcours tout en leur transmettant mes connaissances, ma vision du travail en start-up. Ça passe par des feedbacks très fréquents (des 2 côtés), par le partage des bonnes pratiques, et par la capacité à définir une ligne directrice claire.

Si tu devais monter une entreprise, quel serait son secteur ?

Je choisirais le secteur du service à la personne. Les nouvelles technologies et la montée en puissance des objets connectés permettent de développer des services personnalisés pour faciliter la vie des personnes au quotidien.

Si tu étais un pays, lequel et pourquoi ?

Le Mexique. J’ai eu la chance d’y passer plusieurs mois pendant ma scolarité au sein d’emlyon business school. La variété des paysages, le rythme de vie si différent du rythme européen sont des éléments fondateurs de mon attache au pays. C’est un pays où il y a plein de choses à construire avec un potentiel monstrueux … L’écosystème entrepreneurial se développe à vitesse grand V au Mexique, donc pourquoi pas y monter un projet un jour!

Si tu étais une devise ?

“When something is important enough, you do it even if the odds are not in your favour”

Une grande partie de mon job actuel consiste à résoudre des problèmes. Parfois, on se dit que la tâche est trop ardue ou que l’on y arrivera pas et la tentation est grande de renoncer et de passer à autre job. Personnellement, je pense qu’il est essentiel de ne jamais perdre de vue cela : on peut ne pas réussir quelque chose, mais on doit avoir vraiment tout essayé pour y arriver. Ca implique souvent de sortir de sa zone de confort, de faire des choses avec lesquelles on n’est pas forcément à l’aise, ou de faire des choses qui ne sont pas scalables.

Ehouarn Joncour (Souscritoo): “In the digital media and SEO field, you have to react quickly, go very fast and, above all, never settle for what other people teach you”

Ehouarn Joncour (Grande Ecole Program 2016) joined Paris-based start-up Souscritoo in April 2016. This company helps people who are moving to a new home by managing, free of charge, the creation of their contracts for energy, gas, Internet and homeowners insurance for their new residence, as well as the forwarding of their mail via La Poste.

What do you do at Souscritoo?

I am Head of SEO. My daily missions have a single aim: to make sure web users find us by improving the search engine optimization of the sites we manage so that they will have the best possible position in search results. I work with my team to optimize sites, track their evolution and monitor the competition. I do this by creating content, driving more traffic to the site and improving conversion on our landing pages.

How would you describe the challenges you face every day?

Curious and creative by nature, I’m always looking for new ideas to enhance our SEO strategy. The most challenging thing is that SEO is a field that is changing virtually every day, and nothing can ever be taken for granted. The risk lies in thinking that your site’s strong position is set in stone, and then letting the competition get ahead of you. SEO is a challenge every single day, and you cannot get let yourself get overwhelmed.

What does emlyon business school mean to you?

A very enriching program, the opportunity to discover a wide variety of courses and, above all, confirmation of my penchant for entrepreneurship. For three years, I had the chance to develop my knowledge thanks to a rich curriculum and the opportunity to interact with instructors from all horizons. These discussions were central to my career choice, and the first steps towards an adventure in entrepreneurship.

And being an “early maker”?

It describes my way of working today, with the desire to help shape the start-up where I’m working now. I continue to do things fast, and always want to go more quickly than the competition. In digital media and SEO, you have to react quickly, go very fast and above all never settle for what other people teach you. More precisely, you can’t be afraid to delve into subjects that at first glance do not involve you (such as a job you might think would be more for a developer or an engineer): there are so many subjects that seem “technical” or “complicated” but that in fact are well within our reach. There are so many free resources available these days, we have to take advantage of them to learn new subjects.

What is your vision of the ideal manager?

Being a manger means being able to get the best out of the people around you: to make them better and have that impact the team. I have the pleasure of managing 15 people every day and learning about their various backgrounds while sharing my knowledge and my vision of working at a start-up with them. This involves frequent feedback (from both sides), the sharing of good practices and the ability to set out a clear direction.

If you were to start a company, what sector would it be in?

I would choose the personal care services sector. New technology and the rise of smart objects are enabling the development of personalized services to make people’s everyday lives easier.

If you were a country, which one would it be and why?

Mexico. I had the opportunity to spend several months there while I was studying at emlyon business school. The diverse landscapes and the pace of life unlike that in Europe are the main reasons why I feel so attached to the country. It’s a country where there are so many things to be created, with tremendous potential. The entrepreneurial ecosystem is growing at breakneck speed in Mexico, so why not start up a project there someday?

If you were a saying?

“When something is important enough, you do it even if the odds are not in your favor.”

A large part of my current job involves solving problems. Sometimes, you tell yourself the task is too daunting or you won’t make it and you really feel tempted to give up and move on to another job. Personally, I think it’s important to never lose sight of one thing: you might not manage to do something in the end, but you will have tried your best and made every effort to succeed. This often means getting out of your comfort zone, doing things you’re not used to, or that aren’t scalable.


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.