Matthieu Lesne (ESC 2006), Directeur DVP et Martin Ohannessian (ESC 2007), Président du Petit Ballon

Jan 24, 2014

«Avec un bon projet et une volonté à toute épreuve, on trouve toujours les investisseurs ! »

Matthieu Lesne (ESC 2006) et Martin Ohannessian (ESC 2007) se sont rencontrés à EMLYON. Parallèlement aux cours, Martin faisait de la musique au sein d’un groupe, les « Green Olive »… A la sortie de l’école, leurs routes divergent mais ils restent en contact.

Matthieu Lesne travaille 3 ans chez Nestlé au marketing et commercial, puis un an dans un organisme de presse (Le Bonbon) ;  Martin – qui a déjà sa petite idée derrière la tête – investit la finance et les acquisitions d’entreprises avant de créer une start-up qui a pour but d’aider les musiciens et les lieux de spectacles. Le virus de l’entrepreneuriat l’a touché. « Parallèlement, à titre personnel, je cherchais à connaître les vins et la dégustation, explique-t-il . J’ai fréquenté divers stages et ateliers qui devaient faire de moi un amateur éclairé, mais au final, j’ai trouvé ces groupes plutôt tristes, pédants et les cours… très chers et trop compliqués ».

D’où la création du « Petit Ballon » ? 

Martin Ohannessian : Oui. Nous avons cette volonté de faire de la découverte des vins un parcours joyeux et ludique. Plus de grands gestes théâtraux et de langage sophistiqué… Nous cassons les codes. C’est drôle, beaucoup moins cher et néanmoins de qualité. De nombreux vignerons nous font parvenir leur production. Notre but : démocratiser le monde du vin. Cependant, nous sommes très rigoureux sur la qualité des vins. Pour nous c’est le premier critère : que les vins soient bons ! Ensuite, s’ils sont « bio » par exemple, c’est mieux, mais ce n’est pas le point essentiel. Et tous les retours que nous avons indiquent que nos vins sont appréciés.

Matthieu Lesne : Martin avait besoin d’un associé et m’a proposé de le rejoindre. Jusque-là je n’avais jamais eu de projet dans le domaine du vin mais j’ai été convaincu par l’homme et le projet. En janvier 2011, Jean-Michel Deluc, chef-sommelier au Ritz, à Paris, convaincu par cette volonté de présenter le vin plus simplement nous a rejoints. Il a ce côté entrepreneurial qui nous caractérise tous. Et il préside désormais à la sélection des vins que nous présentons. Récemment, Clément Thibaut, un centralien de Lyon, qui a d’ailleurs participé à un échange d’un an avec EMLYON, a rallié notre équipe comme Directeur Général.

Qu’est-ce qui différencie  « Le petit ballon » des autres sociétés du même domaine ? 

Martin Ohannessian : C’est nous qui avons créé le concept d’abonnement de vin. Chaque mois nos membres reçoivent chez eux, deux bouteilles sélectionnées par Jean-Michel Deluc.  Nous avons également des kits de dégustation spécialement créés pour nos abonnés, des fiches sur chacun des vins que nos abonnés reçoivent chaque mois avec leurs bouteilles, mais aussi des vidéos sur les vins réalisées avec Jean-Michel Deluc, des produits dérivés (des verres, etc). Nous sommes présents dans les salons, conduisons des animations dans les lieux les plus surprenants. Nous sommes en train de développer un réseau qui inclut des personnes totalement étrangères aux milieux du vin et de la dégustation, dont l’image est plutôt élitiste, des personnes qui n’iraient pas dans les stages et autres ateliers existants, à la fois pour des raisons de coût mais aussi de codes de comportement qui leur sont étrangers. Mais aussi de vrais amateurs de vins qui viennent chercher autre chose que ce qu’ils connaissent. En fait nous élargissons le marché de la dégustation. Notre clientèle est urbaine, composée pour moitié d’hommes et de femmes de 25 à 40 ans…

Où en êtes-vous après 2 ans d’existence ? 

Matthieu Lesne : Ca marche très bien. Notre équipe compte désormais 6 personnes et notre CA atteint plus d’1 million d’euros. Nous avons ouvert une boutique dans le 8ème arrondissement de Paris et nous sommes présents en République Tchèque. 2014 sera l’année du déploiement à l’étranger. Nous continuons avec l’Angleterre.

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans cette vie d’entrepreneurs ? 

Matthieu Lesne : Tout nous a surpris ! Etre entrepreneur, cela veut dire apprendre tous les métiers. C’est passionnant et… harassant. On travaille tout le temps à 150%. Nous conservons notre cap de départ : nous amuser tout en étant très professionnels. Et jusque-là notre image conserve ce côté « sympathique » auprès de nos clients. Les dégustations que nous proposons sont ludiques, amusantes…

En quoi le réseau EMLYON FOREVER pourrait-il vous aider à développer « Le Petit Ballon » ?

Martin Ohannessian : Au-delà de notre propre société, le réseau pourrait devenir une véritable communauté active dans le soutien  des petites entreprises créées par ses diplômés. Dans  notre cas, ce pourrait être l’organisation d’apéros, de groupes de travail, d’événements autour de thèmes, les membres du réseau pourraient devenir des ambassadeurs, etc.

Par exemple, nous lançons une nouvelle offre  en B to B pour les cadeaux d’entreprise (clients, salariés, commerciaux) ou même des Comités d’entreprise. Nous serions ravis de pouvoir bénéficier du coup de pouce du réseau. De notre côté, nous sommes très sollicités par les jeunes entrepreneurs d’EMLYON que nous recevons à chaque fois pour les conseiller, les aider, leur faire part de notre petite expérience.

Etre entrepreneur, c’est savoir prendre des risques mais le soutien d’une véritable communauté peut être précieux pour le développement et parfois la survie de petites entreprises. Même s’il demeure qu’avec un bon projet et une volonté à toute épreuve, on trouve toujours les investisseurs…

Contacts :

Martin Ohannessian (ESC 2007), tél.06 18 38 01 29, martin@lepetitballon.com

Matthieu Lesne (ESC 2006), tél. 06 50 71 92 71, matthieu@lepetitballon.com

 

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.