• Bienvenue sur emlyon forever !

    Le portail des diplômés d'emlyon business school

Laurent Dolbeau (France Air) : « Un manager est à l’écoute de ses collaborateurs s’il veut résoudre les problèmes »

Dec 07, 2017

Diplômé du Programme Grande Ecole (2008), Laurent Dolbeau est le directeur général de France Air, succédant ainsi à son père, Olivier.  Spécialiste européen du traitement de l’air basé dans l’Ain, le Groupe France Air regroupe 580 personnes. Rencontre avec celui qui dirige cette entreprise dont la direction est familiale depuis quatre générations.

Vous avez pris la direction de l’entreprise familiale depuis le début de l’année. Comment s’est passée cette transition ?

Depuis 2 ans environ nous avons commencé à réfléchir ensemble sur l’avenir du Groupe et de la stratégie à mettre en place à moyen / long terme. D’autant que nous sommes dans une phase de croissance externe soutenue (intégration de 4 nouvelles filiales en 24 mois) il a fallu bâtir une vision commune et faire des choix stratégiques clairs.

Pour autant nous n’avons pas préparé mon arrivée celle-ci s’est faite naturellement après 8 ans de présence dans l’entreprise familiale. Je suis passé par différents postes plutôt orientés front office (commerce et marketing) qui m’ont permis d’affuter ma vision de l’entreprise en comprenant ses faiblesses mais aussi ses forces.

Quelles différences entre une entre reprise dite « familiale » et une entreprise classique ?

Sans tomber dans le manichéisme, ce sont deux  mondes qui fonctionnent différemment car les objectifs longs termes ne sont pas les mêmes. Une entreprise dite classique cherche avant tout la satisfaction (souvent financière) de ses actionnaires alors que de par notre histoire la famille cherche avant tout à pérenniser son activité. Nos entreprises sont bien souvent le seul investissement que nous avons et nous ne pouvons nous permettre de la perdre même si cela passe par une moindre rentabilité momentanée. Il n’y a pas de meilleures ou moins bonnes entreprises mais les objectifs sont très différents, entrainant des habitudes de travail différentes. Au-delà des objectifs le rapprochement des salariés avec l’actionnaire qu’il voit régulièrement aiguise certainement l’affectio societatis et ainsi permet, peut-être, plus facilement de fédérer l’entreprise autour d’un projet commun.

Quels enseignements appris à emlyon business school mettez-vous en pratique au quotidien ?

emlyon business school, au-delà de la théorie, nous invite à constamment prendre du recul sur l’entreprise.  Pour la faire évoluer, il faut constamment remettre en question les fondements pour mieux s’appuyer sur ses forces et la mettre en résonnance avec son environnement qui évolue très vite. emlyon business school est, selon moi, d’un grand soutien pour nous apporter un regard essentiel à la survie de toute entité.

Quels sont les principaux critères de France Air quand elle souhaite se développer dans un pays étranger ?

Le développement international est pour notre entreprise avec son business model « Fabless » complexe à mettre en place. Nous ne vendons pas une capacité de production mais une marque. Ainsi nos choix d’implantation reposent sur la part de marché que nous pouvons rapidement avoir pour pouvoir faire reconnaitre cette marque dans le pays. Pour une petite ETI comme la nôtre le plus dur est de trouver le talent humain qui va nous permettre de transformer l’essai en réussite donc il y a aussi une forme d’opportunisme dans notre stratégie.

Vous managez des personnes. Mais le manager idéal existe-t-il ?

Non, il n’existe pas. L’élément qui me parait important est la capacité d’écoute du manager à l’égard de ses collaborateurs afin qu’il arrive à faire émerger une solution à un problème. « Ensuite, il faut avoir envie d’être manager,  car certains d’entre eux n’ont tout simplement pas l’envie de manager et donc ne se posent pas les bonnes questions pour faire avancer l’équipe.  Je pourrai ajouter que la fidélité et l’attachement à l’entreprise (donc à ses valeurs familiales) sont essentiels pour faire entrer en résonnance son équipe avec l’entreprise.

Un conseil à des étudiants d'emlyon business school qui se voient futurs dirigeants d'entreprises.

Ayez l’envie insatiable d’apprendre et d’entreprendre !

 

 

 

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.