Virginie Beuve Méry (ESC 89), gérante de Lead Conseil

Jan 31, 2014

« Les crises offrent toujours des opportunités incroyables à ceux qui conservent un esprit ouvert »

Virginie Beuve Méry (ESC 89) réalise, il y a quelques années, qu’elle a effectué seulement la moitié de son parcours professionnel, mais que sa vie de salariée – quand bien même de haut niveau – ne la satisfait plus. Elle a envie de prendre les rênes, de retrouver la fraîcheur d’un débutant qui embrasse un nouveau challenge. A 44 ans, elle saute le pas et décide de travailler en indépendante.

Vous aviez, jusqu’alors, un beau parcours dans la finance ?

V.BM. : Oui effectivement. Après EMLYON, j’ai commencé par sept années chez Ernst & Young, passé mon diplôme d’Expertise-Comptable et enchaîné sur mon premier poste opérationnel à la Direction financière de la société familiale Aubade (textile). S’en est suivie une aventure de 10 ans, au sein de l’ancien groupe Péchiney, à travers ses mutations. J’ai occupé des fonctions financières riches et différentes : Direction comptable de la Division Electrométallurgie, Direction du Contrôle de gestion du groupe Packaging, Direction financière de l’activité Emballage en Europe de l’Est, puis sur diverses autres divisions opérationnelles toujours dans l’Emballage… J’ai restructuré, fermé des usines à l’Ouest, ouvert des usines à l’Est, managé, piloté, accompagné le business

Comment avez-vous découvert votre nouvelle activité, qui n’a absolument rien à voir avec l’ancienne ?

V.BM. : Depuis plus de deux ans, je travaille en indépendante, et en partenariat avec la société américaine Nu Skin, leader dans le domaine des produits anti-âge qui affiche une croissance mondiale insolente. Sa particularité, outre la qualité des techniques et produits, réside dans sa méthode de distribution mondiale exclusivement via un réseau d’indépendants. Le hasard a voulu que, comme consommatrice, je  fasse l’expérience des produits Nu Skin et que j’aie été littéralement « bluffée »  par le résultat. Il s’agissait de produits anti-âge et mes 20 années dans la finance ayant laissé quelques traces, je commençais à me sentir concernée par le sujet. J’ai découvert qu’il existait derrière ces produits un modèle entrepreneurial non traditionnel. J’ai rangé mon CV et mon diplôme d’expert-comptable et je me suis lancée.

En quoi consiste votre nouveau métier ?

V.BM. : Mon activité consiste à développer le réseau de distribution et trouver des relais de développement en France et sur les 52 pays couverts. Il s’agit d’une activité de marketing de réseau. C’est un modèle de  développement business puissant, qui est mal connu et suscite souvent la méfiance en France. Il s’appuie sur la vente directe : je développe et j’accompagne une équipe d’entrepreneurs, tous indépendants, tous « franchisés » et « franchiseurs » ! Les entrepreneurs qui nous rejoignent travaillent en réseau. Plus de cent partenaires m’ont rejoint par ce biais sur 3 pays, pour l’instant (France, Russie et Canada), et ils développent à leur tour un réseau de 50, 100 partenaires ou plus… Cet effet de levier permet de construire un réseau sans frontières qui consomme et distribue sur 52 pays, un actif sur lequel je suis commissionnée. Dans ce modèle de développement, la qualité et la solidité du partenaire sont essentielles. Avec Nu Skin, j’ai choisi un partenaire de classe mondiale, qui agit sur un marché « hyper porteur », qui propose des produits différentiants, brevetés, et qui s’appuie sur une stratégie permanente d’innovations. En fait, mon métier est avant tout un métier de liens, un métier de confiance et de recommandations. Ce modèle provoque parfois la méfiance car il fonctionne par viralité qui repose toujours sur le principe de la recommandation et ce n’est ni plus ni moins que ce qui fonctionne si bien avec les réseaux sociaux…

Est-ce qu’EMLYON a joué un rôle dans cette évolution ?

V.BM. : Directement, non, même si j’ai conservé certains contacts avec des personnes ouvertes sur ces questions. Mais, bien qu’ayant suivi un parcours financier, EMLYON m’a apporté lors de mes années étudiantes une vision business. C’est là que j’ai compris l’importance des  business models. J’ai passé 20 ans à les modéliser par des chiffres, désormais je les mets en pratique par le développement commercial. Aujourd’hui, j’ai deux passions : le business et l’humain… On voit bien que les lignes bougent, que l’entreprise classique n’apporte plus toutes les solutions. De nouveaux modèles, de nouveaux liens, de nouvelles initiatives ont leur place. Pour moi, ce métier, c’est aussi un terrain d’expérimentation, un terrain de jeu. J’aime l’idée d’être un vecteur positif et de porter le flambeau d’un nouveau modèle entrepreneurial, qui fait grandir, qui permet de développer de réelles compétences d’écoute et d’accompagnement et qui est devenu en l’espace de quelques années une vraie solution professionnelle En deux ans, j’ai fait des rencontres magnifiques et  mis en place des partenariats solides et humainement riches. De salarié spectateur, je suis devenu acteur d’un nouveau mode de fonctionnement et d’une nouvelle catégorie de personnes qui prennent leur vie professionnelle en mains et qui sont heureux d’avoir enfin un projet de vie grâce auquel ils peuvent se projeter dans l’avenir.

Contact : Virginie Beuve Méry (ESC 89), tél. 01 42 24 87 35, virginiebeuvemery@orange.fr

 


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.