Guillaume Pelletreau (ESC 95): «Ce qui importe, c’est la curiosité et la capacité à innover »

Mar 06, 2014

Depuis le 1er novembre 2013, Guillaume Pelletreau (ESC 95) est Directeur Général de Nissan Portugal. Après avoir occupé les postes de directeur commercial Europe d’INFINITI, la marque premium de Nissan, et de directeur Marketing de Nissan West Europe, le défi qu’il doit relever n’est pas mince, surtout en temps de crise. «  Ce qui est important pour moi, c’est de prendre un poste où il y a difficultés, de me confronter à un problème afin d’avoir un impact… j’ai besoin d’un challenge. Le défi managérial lié à la construction ou à la restructuration d’équipes m’intéresse particulièrement » explique-t-il.

Quels étaient vos projets professionnels lorsque vous avez intégré EMLYON ?

G.P. : En arrivant à EMLYON, je me voyais plutôt dans la banque. Mais les choses ont vite changé ! Après un stage de fin d’études de six mois dans une grande banque française, j’ai compris que j’avais surtout des affinités avec le monde industriel où les produits sont tangibles car il était pour moi plus facile d’appréhender la création de valeur.

J’ai donc choisi de partir en CSN au sein du Groupe Lafarge à Munich (Allemagne) à la suite d’une annonce relevée dans le bulletin Carrières Junior d’EMLYON. J’ai ensuite passé 8 ans au sein du cabinet de conseil en stratégie Roland Berger. Cette expérience a été pour moi très structurante : le rythme intense, la variété des projets, tant du point de vue des problématiques abordées que des secteurs couverts, la complexité des sujets et leur caractère éminemment stratégiques pour les clients font du conseil une formidable école de management. Il arrive cependant un moment où l’on ne se contente plus de fournir des conseils et l’on souhaite avoir des responsabilités opérationnelles, prendre les décisions et les mettre en œuvre soi-même. Aussi, lorsque mon dernier client Nissan m’a proposé en 2005 de les rejoindre pour prendre en charge la Direction de la Stratégie S&M Europe, j’ai sauté sur l’occasion. Nissan est une société à part dans le secteur traditionnel de l’automobile, qui n’hésite pas à se remettre en cause et à faire des choix audacieux. J’en veux pour preuve ma nomination à 35 ans comme Directeur Marketing de Nissan West Europe alors que je n’avais ni expérience, ni compétences techniques dans ce domaine (au-delà des modules suivis à EMLYON).

Vivez-vous votre première expatriation au Portugal ?

G.P. : Non. Avant d’arriver au Portugal, j’étais en Suisse, au siège européen du groupe, où j’occupais le poste de directeur commercial Europe d’Infiniti, la marque luxe du groupe récemment implantée en Europe. J’avais notamment la charge des ventes et du développement du réseau dans près de 20 pays incluant Israël et la Turquie.

Aujourd’hui, mon « scope » géographique s’est réduit, mais je suis de retour chez Nissan dans la marque à volumes, j’ai la pleine responsabilité de l’ensemble des opérations sur mon territoire et je suis comptable des résultats. Sur un marché qui a fondu de 50% en quatre ans, il faut savoir être très souple et flexible afin de pouvoir manager avec une visibilité quasi nulle... A moi de piloter ma rentabilité et ma part de marché en ligne avec mon budget quelles que soient les évolutions du marché (il progresse de près de 20% cette année quand nous anticipions une baisse !).

Avez-vous conservé des liens avec EMLYON ?

G.P. : J’ai gardé de très bons amis à EMLYON et nous nous retrouvons toujours avec le même plaisir, même si l’éloignement géographique fait que ces rencontres sont aujourd’hui moins fréquentes.

J’aimerais participer aux événements organisés par le réseau des diplômés et j’ai failli le faire à plusieurs reprises mais au dernier moment des problèmes d’agendas m’en ont empêché. J’attache cependant beaucoup d’importance à l’Ecole qui m’a formé, tant pour des raisons affectives que par loyauté. J’ai ainsi eu l’occasion chez Infiniti à Rolle (Suisse) de recruter un certain nombre de diplômés d’EMLYON, en stage ou en contrat permanent.

Que recherchez-vous chez vos jeunes candidats et quel conseil leur donneriez-vous ?

G.P. : Ce que j’observe et recherche avant tout chez un jeune diplômé, c’est la curiosité, la capacité de prendre des risques et de se mettre en danger ainsi que de naviguer en dehors de sa zone de confort. Le diplôme donne à l’employeur une forme de garantie quant aux compétences « intellectuelles » du candidat. Le choix se fera cependant sur des critères plus « soft » : le comportement, la personnalité qui témoignent de l’envie du jeune diplômé d’apprendre et de contribuer au développement de l’entreprise, l’aptitude à parcourir « l’extra-mile », c’est-à-dire à systématiquement aller au-devant et au-delà des attentes sont essentielles. Un stage est très souvent la meilleure des solutions pour pouvoir démontrer toutes ces qualités.

Contact : Guillaume Pelletreau (ESC 95), tél. +351-218392501, guillaume.pelletreau@nissan.pt

 

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.