Sylvain Piquet : «Les gens qui insistent s’avèrent souvent au-dessus du lot une fois en poste»

May 23, 2014

Après 5 ans en France dans le secteur des études de marché téléphoniques puis le marketing sensoriel en point de vente, Sylvain Piquet (MSc 2002), décide en 2007 de réorienter sa carrière dans le milieu du web, mais faute d’ « expérience dans le secteur », il essuie quelques échecs. Il continue alors ses recherches en France et à l’étranger.

Technique payante puisque après une première expérience au sein d’un comparateur de prix sur internet, il rejoint Criteo en 2010 à Londres. La société fondée en France est un leader du reciblage publicitaire personnalisé sur internet, cotée au Nasdaq. Intégré au départ dans le département « Sales Comptes Clés » sur le marché UK, il devient à partir de 2011 Directeur de la fonction Account Management (Client Services), et récupère également en 2013 la direction de l’équipe d’analystes Business Intelligence pour le UK et le NL.

Comment s’est déroulée la rencontre avec les étudiants d’EMLYON lors de votre venue en mars 2014 sur le campus ? 

Très bien. Nous avons participé au cours de Webmarketing de Margherita Pagani et nous avons également présenté Criteo et nos opportunités de carrière lors d’une rencontre avec les étudiants. Criteo est très connu au sein des meilleures écoles d’Ingénieur mais a moins de visibilité du côté des écoles de commerce. Ceci dit, notre venue sur le campus et la récente conférence de notre CTO Romain Niccoli à EMLYON sont les premières pierres d’un partenariat que nous voulons établir dans la durée avec cette belle école.

Quelles sont les qualités des étudiants d’EMLYON qui sont appréciées par les recruteurs ?

L’industrie du Ad Tech a besoin de profils polyvalents, combinant d’excellentes capacités analytiques avec une forte sensibilité Business. C’est cette polyvalence qui fait la force d’EMLYON.

Plus spécifiquement, l’essor de la Big data  - c’est-à-dire la gestion de volumes de données trop importants pour être traités avec les méthodes d’analyse traditionnelles - pousse les entreprises à recruter de plus en plus de «Data scientists ». Par exemple, le Display applique désormais les outils et techniques des marchés financiers tels que le High Frequency Trading et ce n’est pas un hasard si de nombreux analystes en finance de marché se reconvertissent aujourd’hui dans le Programmatic Display. En parallèle, nous recrutons des futurs managers capables de s’adapter à une réalité complexe et de trouver des réponses adaptées pour des publics variés, plus ou moins équipés en ressources analytiques : clients annonceurs, partenaires publishers ou techniques, équipes internes, etc.

Quel souvenir gardez-vous de votre expérience étudiante au sein d’EMLYON ?

Je garde un très bon souvenir de cette époque. Je suis sorti de l’Ecole avec une solide « tool box » méthodologique mais je n’avais pas encore une vision très claire sur mes objectifs de carrière. Mention spéciale pour le Projet Création d’Entreprise (PCE), expérience très enrichissante qui aurait selon moi gagné à être organisée en fin de parcours plutôt qu’en première année, en mode « incubateur ».

Qu’est ce qui a changé au sein de Criteo depuis l’introduction sur le Nasdaq*?

Nous étions 80 quand j’ai rejoint Criteo et nous sommes plus 1000 aujourd’hui. L’introduction en bourse nous a donné les moyens d’accélérer nos investissements en matière de croissance organique et externe. Bien entendu, nous ne sommes plus une start-up et nous avons aujourd’hui d’autres enjeux, notamment le besoin de « predictability ». Les process sont plus présents, les circuits de décision plus structurés, mais je trouve que nous avons su garder l’essentiel de notre force d’innovation et d’adaptation. Nous avons des objectifs très ambitieux pour les prochaines années et devons garder cette agilité pour les atteindre et les dépasser.

Quel conseil auriez-vous pour les futurs diplômés qui souhaitent intégrer ou créer une startup française opérant dans le milieu du web ?

Je dirais 3 choses : Curiosité, Audace et Persévérance.

- Curiosité : car il faut avoir un réel intérêt pour le secteur, se nourrir de la lecture de blogs sectoriels (Eg. Techcrunch, eConsultancy, ExchangeWire,…), des discussions avec des professionnels en poste (contactez les anciens !) et ne pas hésiter à fréquenter les salons spécialisés.

- Audace : car une fois que vous avez repéré des start-up intéressantes, contactez-les, multipliez les interlocuteurs, mettez en avant vos atouts spécifiques de manière concise, surtout si vous n’êtes pas du secteur et relancez, relancez, relancez….

- Persévérance : car les bonnes places sont chères dans ce secteur « anti-crise », donc ne vous découragez pas si vos recherches n’aboutissent pas immédiatement et n’hésitez pas à relancer quelques mois plus tard une entreprise qui vous attire, même si elle ne vous a pas retenu. On adore les gens qui insistent, ils s’avèrent souvent au-dessus du lot une fois en poste !

Quels sont les prochains relais de croissance sur lesquels Criteo va se positionner ?

Nous ne sommes pas arrivés là par hasard. J’adore Criteo pour sa capacité à se réinventer en permanence afin d’anticiper et d’aborder en leader les nouveaux enjeux du secteur. Hier, c’était l’essor du Real Time Bidding, aujourd’hui l’explosion du trafic sur mobiles et le développement du cross-device user matching (reconnaissance des utilisateurs sur leurs différents terminaux de navigation). Depuis que j’ai rejoint Criteo en 2010, j’ai l’impression d’avoir changé de boite 1 ou 2 fois !

*Le Nasdaq est, après le New York Stock Exchange, le deuxième plus important marché d'actions des États-Unis. La plupart des sociétés cotées sont issues du monde de l’internet et de l’informatique.

 


En lien avec le sujet : 

Mercredi 18 juin 2014 à 19h : PARIS | Club Digital | Publicité en ligne : ADEX, RTB, DATA : comment les dompter ?


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.