Mohamed Soltani : «Le karaté m’a formé à la compétition, EMLYON m’a donné les moyens de la conduire»

Jun 27, 2014

Tous les chemins - ou presque ! – ont conduit Mohamed Soltani (MBA 2000) vers EMLYON… Cet athlète de haut niveau (ancien champion d’Europe de karaté), qui a longtemps conduit de front sa pratique sportive et son parcours professionnel, préparait un BTS Technico-commercial, lorsque dans les années 1985-86, son professeur de marketing et d’économie lui conseille d’envisager une classe préparatoire en vue d’intégrer EMLYON… Ce professeur n’était autre que Bernard Belletante, l’actuel Directeur Général d’EMLYON !

« Sous sa direction et celle d’hommes de sa trempe, j’ai découvert à ce moment-là le goût de l’entrepreneuriat et de l’entreprise. Ils m’ont permis d’approcher l’économie et une forme d’intelligence que j’ignorais » souligne Mohamed Soltani en ajoutant que son compagnonnage avec EMLYON est avant tout l’histoire de rencontres humaines, le déploiement d’un faisceau de personnes qui l’ont accompagné et soutenu. Aujourd’hui, à 46 ans, il est Directeur Marketing stratégique au sein de Schneider Electric. Mohamed Soltani est également membre du Conseil d’administration de l’ADEM LYON.

A la sortie du bataillon de Joinville, après votre service militaire, vous rejoignez une PME ?

M.S. : Oui, j’occupe un poste de cadre commercial chez Electroclass (groupe Fichet Bauche), dont je propose de développer l’activité export. C’est avec ce projet que j’intègre le MBA d’EMLYON, où je rencontre André Camili, responsable alors de la filière Sports-Etudes. Je faisais toujours du karaté en compétition et j’étais responsable de la filière karaté de haut niveau pour la région Rhône-Alpes (Fédération nationale de karaté), l’un de mes rôles étant la détection des athlètes susceptibles d’entrer en équipe de France. Mais il s’est avéré que la formation extrêmement poussée d’EMLYON et son exigence absolue m’ont obligé, au bout d’un trimestre à mettre en sommeil la partie de ma vie consacrée à la compétition sportive.

J’arrivais d’une PME et j’étais entré dans une formation d’excellence, ce qui a impliqué pour moi un travail acharné : l’école m’a appris à travailler en équipes et en réseau, vite et bien. En outre, les cours dispensés en anglais incarnaient la dimension très marquée de l’international. EMLYON m’a appris à être un bourreau de travail… polyglotte !

Que cherchiez-vous à la sortie d’EMLYON ?

M.S. : Je visais une entreprise à caractère international, industriel, qui présente une palette de métiers suffisamment ouverte pour continuer à évoluer. La proposition de Schneider Electric fut la bonne. En mai 2002, je deviens Directeur Commercial et Marketing expatrié en Algérie. Je suis binational et cela me convenait bien. Après avoir contribué au passage du bureau de liaison au statut de filiale et participé aux recrutements, à l’élaboration des budgets et des objectifs, j’ai rejoint l’Arabie Saoudite où sévit, dans nos métiers, une concurrence très forte. Pendant 3 ans, j’ai travaillé à la fois sur le fonctionnel et l’opérationnel. En décembre 2005, on m’a proposé une fonction centrale, corporate, et c’est ainsi que j’ai rejoint le poste de Directeur de l’efficacité des ventes sur 48 pays, dont tous les pays d’Asie, sauf la Chine.

Aujourd’hui, vous êtes Directeur Marketing stratégique au sein du Groupe ?

M.S. : Oui, et cette évolution est toujours aussi passionnante. J’ai commencé par mettre en place un processus de budgétisation et d’intégration au sein du groupe, avant d’avoir à surmonter un nouveau défi qui a consisté à vérifier que les orientations stratégiques du groupe étaient bien intégrées dans les 30 pays majeurs. Nos marchés sont répartis dans le monde entier et nous enregistrons une croissance importante en l’Asie (Chine et Indonésie) et mais aussi en Amérique du Nord et dans le reste du monde (Brésil, Emirats Arabes Unis). Quant à l’Europe de l’Ouest, avec la France, qui est confrontée actuellement à une situation économique difficile, elle est plutôt en retrait.

Qu’auriez-vous envie de dire aux jeunes diplômés d’EMLYON ?

M.S. : Vivez votre passion, mais attention ! Ce genre de parcours ne s’improvise pas. L’envie est une chose, les compétences en sont une autre ! EMLYON m’a permis d’acquérir et de cristalliser les conditions de ma vie professionnelle : apprentissage et maîtrise des méthodes d’organisation et de travail en équipes d’un côté, grande exigence avec moi-même, de l’autre. Il faut être convaincu que la variété culturelle, donc des intelligences, est un atout majeur et s’ouvrir aux autres très tôt. A Rueil Malmaison, je travaille avec une quarantaine de nationalités différentes… Il faut savoir également cultiver la patience en début de parcours, afin d’aller plus vite ensuite, car le marché aujourd’hui est très agressif : il faut bien le connaître pour le gagner. Cela demande une bonne dose d’humilité et beaucoup d’écoute, le but étant d’obtenir un consensus et d’éviter l’arrogance, même et surtout involontaire.

Contact : Mohamed Soltani (MBA 2000), tél. 06 85 55 00 51, mohamed.soltani@schneider-electric.com

 

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.