Pierre-Emmanuel Bercegeay (Ouihelp) : « L’esprit early maker, c’est prendre des risques pour faire bouger les lignes ! »

Jan 28, 2018

Ouihelp est une jeune startup cofondée par Pierre-Emmanuel Bercegeay (Programme Grande Ecole 2009). Elle répond aux besoins des personnes en perte d’autonomie provisoire, ou en situation de dépendance, en les mettant en relation avec les intervenants les plus adaptés. Explications.

Comment fonctionne Ouihelp ?

Aujourd’hui, l’aide à la dépendance est un marché très peu très structuré. Avec Ouihelp nous souhaitons professionnaliser ce secteur d’activité. Pour être certains de travailler avec les personnes les plus qualifiées, nous nous engageons notamment à les rémunérer 30 % au-dessus du prix du marché. C’est un cercle vertueux : les personnes dépendantes reçoivent une aide de qualité et les intervenants bénéficient d’un meilleur salaire.

La « silver economie » est en pleine expansion…

C’est un terme un peu fourre-tout mais c’est vrai que la transition démographique soulève de nombreuses questions et notamment celle de la dépendance. Les places en maison de retraite sont chères et insuffisantes et les seniors veulent de toute façon rester le plus longtemps chez eux. Pourtant, face à ces besoins, il n’existe pas d’acteurs majeurs sur le marché et ce secteur n’a pas encore réalisé sa « mue digitale ». Ouihelp a vocation à pallier ces manques.

L’entrepreneuriat, tu as toujours voulu t’y lancer ?

Entreprendre, c’est une aventure. J’avais clairement besoin de vivre ça oui ! Au-delà, j’avais également envie de me sentir socialement utile. C’est ça l’esprit early maker : prendre des risques pour faire bouger les lignes !

Comment ton passage à emlyon business school t’a aidé dans cette aventure ?

La première année à l’école, nous devons mener un projet d’entreprise. J’avais planché sur une société de publicités digitales diffusées dans le métro lyonnais. « Métrovision » était une idée plutôt aboutie. Même si l’entreprise n’a jamais vu le jour, on constate aujourd’hui la force de la publicité digitale dans les transports en commun. Cette première expérience m’a permis de structurer mes idées. J’ai également participé à la vie associative de l’école et géré un événement important : emmener 600 personnes en week-end au ski avec un budget de 200 000 euros. Cela oblige à mettre les mains dans le cambouis !

Le meilleur conseil reçu durant ton cursus ?

Il y en a deux. Le premier : « Cash is king ! » Cela signifie que la trésorerie est très importante pour assurer la pérennité d’une entreprise. Le deuxième : ne pas hésiter à prendre son temps pour mieux en gagner ensuite. C’est le cas lorsque vous devez recruter vos équipes. Il faut prendre le temps de s’entourer des bonnes personnes et ainsi éviter de voir son projet être ralenti.

Une personnalité qui t’inspire ?

Elon Musk pour son énergie à créer et encore créer des entreprises qui ont connu des succès hallucinants.

Ouihelp a fêté ses 18 mois d’existence, pour la suite on peut te souhaiter quoi ?

Aujourd’hui, on est une équipe de 15 salariés et 50 intervenants sur le terrain. Le but est encore de croitre et de nous développer sur toute la France. Et c’est en bonne voie ;)

 

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.