Gauthier Brunel : « Motivation, flexibilité et une part de témérité, les qualités nécessaires pour entreprendre »

Jul 02, 2016

Gauthier Brunel (Programme MSc in Management) a travaillé plusieurs années dans la finance avant de changer de vie en 2012, quand sa femme reprend l’entreprise familiale à Dijon. Avec François Hory et Jean-Baptiste Meyer, deux autres anciens d’emlyon business school, ils fondent Les Marchands de Sable, une société visant à améliorer le sommeil. Leur site PillowKnights se présente comme le « Défenseur de votre sommeil ». Une idée farfelue ? Pas vraiment alors que « les Français ont perdu 1h30 de sommeil par nuit ces 50 dernières années », répond Gauthier Brunel.

Comment est née Les Marchands de Sable ?

J’avais envie d’entreprendre depuis un certain temps. Quand j’ai suivi ma femme à Dijon, c’était l’occasion de sauter le pas. Ensuite, l’idée est venue d’une discussion avec mes associés autour de la sieste. La discussion s’est poursuivie et je me suis souvenue de mon sommeil dégradé quand je travaillais en banque d’affaires et de la productivité en berne. En 50 ans, les Français ont perdu 1h30 de sommeil par nuit et les conséquences sont considérables pour les hommes bien sûr mais aussi les entreprises.

Quelles sont les qualités pour entreprendre ?

La motivation, la flexibilité et une part de témérité. C’est également capital de croire en son projet.

Les difficultés rencontrées dans cette aventure ?

Quand on se lance on n’a pas forcément conscience de la solitude de l’entrepreneur. On peut parfois être envahi par le doute. Contrairement au salariat, la vie d’entrepreneur est beaucoup moins rassurante, ce qui engendre pas mal de remises en question.

A l’inverse, le plaisir d’entreprendre ?

Le sens (re)trouvé au travail. Pour moi, c’est le sentiment de contribuer à améliorer la société qui prime. Et quand votre projet suscite l’adhésion, c’est chaque fois une petite victoire.

Un conseil pour ceux qui veulent entreprendre ?

Faites-le ! Ne repoussez pas en vous disant que ce n’est pas le bon moment, le bon moment n’existe pas…

Le meilleur conseil reçu à emlyon business school ?

Plus qu’un conseil, c’est la culture de l’entrepreneuriat qu’on nous inculque. On nous apprend qu’il n’y a pas un seul chemin pour réaliser son rêve. Chacun est encouragé à trouver sa propre voie.

Un entrepreneur qui compte ?

Sans aucun doute, Xavier Niel. Il porte ses idées et casse les codes. Il l’a encore prouvé avec l’école 42 qu’il exporte aujourd’hui aux Etats-Unis.

Si je te dis Ubérisation…

Peur et évolution sociétale.

Tes liens avec les anciens ?

Ils sont nombreux, mes deux associés sortent de l’école ainsi que ma femme… Le réseau est important. Lorsque j’étais à Paris, je participais régulièrement au club des anciens. C’est plus dur depuis Dijon, mais j’utilise l’annuaire pour créer de nouveaux liens.

Si tu avais dû créer une autre entreprise ?

J’avais pas mal réfléchi à une société permettant de mettre en œuvre des économies d’énergie. Un modèle vertueux où les entreprises et les consommateurs seraient encouragés à mettre en place des solutions bonnes pour le porte-monnaie et l’environnement. Un système gagnant-gagnant.

Contact :

Compte Linkedin Gauthier Brunel


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.