Mingpo Cai : diplômé emlyon business school et homme clé des relations franco-chinoises

Sep 08, 2016

Diplômé du Programme Grande Ecole (promotion 1998) et fondateur du fonds franco-chinois Cathay Capital, Mingpo Cai est ce qu’on appelle un « self-made man ».

Né « dans un village de pêcheurs », il arrive en France en 1989 et enchaîne quelques petits boulots avant d’intégrer emlyon business school. « C’était notre premier étudiant chinois et tout le monde le connaissait » indique Bernard Belletante dans les colonnes du Point du 8 sept 2016, à l’époque professeur de finances et aujourd’hui Directeur Général. « Il était ultrapugnace et on avait senti une personnalité hors du commun » poursuit-il. Après les bancs de l'école, il devient le premier représentant en Chine du fabricant d'électroménager Seb, crée une entreprise de marbrerie funéraire à Orléans, avant de lancer ce qui sera sa plus grande aventure actuelle, le fonds d’investissement Cathay Capital. Avec ses bureaux à Paris, Shanghaï, Pékin et New York, ses participations dans des entreprises à forte croissance, le fonds attire. L’annonce en mai dernier de la démission de Bruno Bézard de sa fonction de directeur du Trésor pour rejoindre Cathay Capital l’atteste.


Grâce à sa parfaite connaissance des deux cultures, française et chinoise, Mingpo Cai a su en quelques années devenir un homme clé des relations commerciales entre les deux pays. « La France a tendance à sous-estimer ses propres atouts, confirme M. Cai. Mais les entreprises françaises ont appris à composer avec de fortes contraintes sociales, fiscales, qu’elles ont compensées en étant très productives et créatives. Nous les aidons à valoriser cela, en les poussant à s’internationaliser. C’est le meilleur antidote contre la crise » indiquait-il dans une interview du Monde en juillet dernier.


D’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement ? Car Cathay Capital c’est aujourd’hui plus d’1 milliard 200 millions d’euros investis dans 46 entreprises différentes (Yves Delorme, Jacques Dessange, Hologram Industries…). « C’est indubitablement devenu un nom qui pèse », souligne Patrick Sayer, patron d'Eurazeo et pionnier du private equity en France, dans l’article du Point.


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.