Clémence Durieux : « Etre early makers, c’est vouloir changer le monde, et construire un autre avenir »

Jan 04, 2017

Le Bon Gustave – à ne pas confondre avec l ‘explorateur Gustave le Bon – est un site Internet et une application* permettant d’identifier et d’acquérir des bouteilles de vin à partir de son étiquette. A la tête de cette startup, Clémence Durieux, fraichement diplômée (2016) du Programme Grande Ecole d’emlyon business school. Rencontre avec cette entrepreneuse qui fut également, lauréate du prix Early Maker 2016.


Quel est le principe de Le Bon Gustave ?

C’est un site Internet ainsi qu’une application permettant d’acheter une bouteille de vin à partir de la photo de son étiquette. Typiquement, les personnes qui ont aimé un vin, dans un restaurant par exemple, prennent l’étiquette en photo, nous l’envoient, nous leurs proposons un devis et livrons le vin sous 24h.

Pourquoi un tel site ?
De par ma propre frustration de ne pas toujours trouver des vins que j’avais pu apprécier dans des restaurants ou dans des bars à vin.

Quand est né le Bon Gustave ?
Une première version du site a vu le jour en février de cette année et la deuxième version date de septembre. Mais l’idée s’est concrétisée au sein de l’incubateur de l’école il y a près d’un an.

Etre un early maker, cela signifie quoi pour toi ?
C’est l’envie de changer le monde, de construire un autre avenir. Avec le Bon Gustave, on souhaite notamment démocratiser et décomplexer l’acte d’achat du vin. Mais c’est aussi le nom d’un prix que j’ai reçu en 2016 à emlyon business school lors de la remise des diplômes. Un grand honneur !

L’entrepreneuriat c’est…
Une folie ! Mais une joie intense aussi de monter son propre business. Ça n’a pas toujours été une vocation et puis à force de force de travailler dans des petites structures, l’idée a fait son chemin. Et puis je suis jeune, je n’ai rien à perdre, c’est le bon moment pour se lancer dans cette aventure.

Le plus grand plaisir à entreprendre ?
Les rencontres. On est dans l’échange permanent, au contact de personnes que je n’aurais probablement pas croisées en étant salarié.

Le plus difficile ?
On part de zéro, sans financement, ni revenus…

Un entrepreneur qui t’inspire ?
Mon frère. Il a créé une entreprise d’analyse de données qui marche très bien. Sa réussite mais surtout sa capacité à imaginer le futur m’impressionnent.

Quels sont tes liens avec les anciens ?
Je sors de l’école donc ils sont encore nombreux. De manière générale, le réseau est très important au sein d’emlyon business school. Et je sais ce que ça représente : dans l’univers du vin, il est encore plus important de pouvoir être « introduit ».

Une passion ?
En plus du vin, le trail ! Heureusement, je ne vis pas trop loin des montagnes :)

Le Bon Gustave dans 10 ans ?
Je nous imagine comme un acteur majeur du vin en France et pourquoi pas à l’étranger. Mais pour être crédible à l’international, il faut déjà être reconnu en France.


*Téléchargez l'application sur Apple Store et Google Play.

Retrouvez l'interview "meet the makers" de Clémence Curieux.



Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.