• Login
  • L’interview « business automobile » d’Albéric Chopelin

    Jun 27, 2019

    Albéric Chopelin (Mastère Spécialisé®, 1999) a été Chief sales & marketing officer au sein du groupe PSA et est aujourd'hui Directeur Commerce et Clients chez Europcar Mobility GroupCe passionné d’automobile revient sur son parcours au sein d’emlyon business school et analyse les bouleversements de cette industrie.

    Ford, BMW, PSA, Europcar … Votre carrière a toujours tourné autour de l’automobile au fond !

    Je suis passionné de voitures depuis mon plus jeune âge. J’aimais tout connaître de leur fonctionnement. Puis, en grandissant, c’est le côté industrielle de leur production qui m’a attiré. J’ai effectué des stages chez les deux constructeurs étrangers que vous avez cités avant d’intégrer PSA Peugeot-Citroën et ainsi vivre de ma passion.

    L’automobile évolue constamment… Challengeant non ?

    En effet, comme beaucoup d’industries, l’automobile est à un tournant. Les principales tendances du marché sont, bien sûr, l’e-mobilité et la voiture autonome. Mais on ne sait pas encore précisément quand cela va vraiment avoir lieu. La voiture électrique se démocratise petit à petit, quant à la voiture autonome, il y a encore certaines réglementation et règles de sécurité à déployer.

    Côté clients, nous sommes convaincus que le besoin de se déplacer, de se sentir libre va être encore plus important. C’est d’ailleurs pourquoi on a développé une appli, Free to move, qui propose toutes les solutions de mobilité à côté de l’utilisateur, et ce pour toutes les marques existantes. Les concessionnaires évolueront dans ce sens, en proposant aux clients le meilleur produit qui correspond à leurs besoins à un moment T. Prochain défi : l’intelligence artificielle !

    Justement, si vous deviez imaginer la voiture de demain ?

    Même si la voiture autonome est presque déjà en place, la voiture ne sera jamais un simple produit d’usage, terne et sans saveur. L’expérience de marque, le design, le plaisir de conduire seront encore probablement très recherchés. Ce sont plutôt les usages de la voiture qui vont évoluer. C’est d’ailleurs déjà le cas avec la jeune génération. La voiture partagée va probablement encore se multiplier. On peut imaginer une flotte de voitures pour des habitants d’un immeuble par exemple.

    Côté course automobile, je promets un grand avenir à la Formule E. Ces courses sans nuisance vont probablement attirer un nouveau public, plus familial.

    emlyon business school vous a aidé de quelle façon à faire carrière dans le secteur de l’automobile  ?

    Pour plein de raisons. Déjà, cela m’a mis le pied à l’étrier pour mon premier stage. On a la chance, étudiant, de se confronter à la réalité de l’entreprise, de mêler théorie et pratique. Les enseignants ont aussi été de très bons conseils. Alors que je me dirigeais vers le marketing, on m’a incité à compléter ce parcours par une dominante Finance. Cela m’a été très utile.

    Je garde également de très bons souvenirs de l’éducation entrepreneuriale fournie par l’école. Cet esprit entrepreneur manque en général en entreprise. A emlyon business school, on apprend à réfléchir à ce qui va créer de la valeur, à analyser et réfléchir comme si c’était notre propre entreprise.

    Vous lisez Auto Moto avant de vous coucher ?

    Même pas ! Je prépare le permis bateau, c’est le code maritime qui trône sur ma table de chevet…


    Other news

    Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.