Caroline Faucon (Mastère Spécialisé 2016) : « Un maker parfois réussit, parfois échoue. Mais il s’enrichit toujours et la vraie liberté est dans cet apprentissage ! »

Pas besoin d'un long discours pour expliquer Baguette à Bicyclette, dont le concept est de livrer du pain frais et des viennoiseries le matin à la demande, le tout à vélo, à la fois pour les entreprises, les  résidences de tourisme et les particuliers. Gage de qualité supplémentaire, du champ de blé du boulanger à votre tasse à café, le tout est sélectionné selon des critères locaux et de qualité ! Sa co-fondatrice, Caroline Faucon (Mastère Spécialisé 2016) nous explique de quelle façon cette idée a germé dans son esprit !

Pourquoi te lancer dans l’aventure Baguette à Bicyclette ?

Mon projet précédent était en difficulté, je me posais la question de continuer (sans y croire) ou renoncer (mot difficile pour un entrepreneur !). Je n’avais plus d’argent et je cherchais une idée pour me relancer. J’avais depuis plusieurs années cette idée mais je n’en avais pas fait ma priorité. Mais en analysant les besoins pour se lancer, j’ai tout de suite vu la simplicité et c’était parti. Baguette à bicyclette est née comme ça !  

Pourquoi avoir misé sur les entreprises, en plus des particuliers ?

Les entreprises (TPE, PME ou grands groupes) qui prêtent de plus en plus d’attention au bien-être de leurs salariés peuvent souhaiter, par la mise en place d’un petit déjeuner hebdomadaire ou bihebdomadaire, accentuer encore plus ce bien-être, et favoriser les échanges, la cohésion… Le petit-déjeuner est un excellent moyen de communiquer, de créer du lien et de se faire plaisir.

Tu en es déjà à ta troisième création d’entreprise. Avoue-le, tu es une serial-entrepreneuse dans l’âme ?

Serial-entrepreneuse je ne sais pas, mais curieuse de tout certainement ! J’aime apprendre et ne pas être dans le confort. L’entrepreneuriat a été très tôt une volonté forte chez moi, bien que personne dans mon entourage n’aie jamais été à son compte. J’avais cependant perçu dans l’entrepreneuriat la notion de liberté, de risque, et de difficulté. Tout cela m’attirait !  

Pour toi c’est quoi etre un early maker emlyon business school ?

C’est quelqu’un qui ose, avec audace mais aussi modestie. Dans la vie d’un maker rien n’est facile mais il faut croire en son projet, en son équipe et ses qualités. On doit aussi être dans l’action, dans la confrontation de notre idée vis-à-vis du marché. Parfois on réussit, parfois on échoue, mais on s’enrichit et la vraie richesse est là, être sans cesse dans l’apprentissage. Et je suis tout à fait en phase avec cette vision de l’école !

Baguette à Bicyclette en 2018, tu vois quoi dans ta boule de cristal ?

Une levée de fonds. C’est vraiment notre objectif du moment. Tous les investisseurs sont les bienvenus sur ce projet dynamique et ambitieux.

Qui t’inspire ?

J’ai de l’admiration pour les personnes qui sont parties de rien. J’ai encore plus d’admiration pour ceux qui savent garder les pieds sur terre, car la simplicité est à mes yeux une valeur fondamentale. Certes, réussir c’est très bien, mais cela n’empêche pas la modestie. Celui qui correspond le plus à ces valeurs est à mes yeux Octave Klaba, il a du génie en lui et il faut le reconnaitre.

A quand remonte ta dernière grosse colère en tant qu’entrepreneuse ?

Ah bonne question ! Les colères se dirigent souvent contre moi-même. Par exemple il y a quelques semaines, panne de réveil ! Donc 10 min de retard chez le client. Etant exigeante, cela a totalement gâché ma journée, et je m’en suis vraiment voulue !

Ton plus beau souvenir à emlyon business school?

Notre business trip à Boston, c’est là-bas que j’ai réalisé mon premier hackathon, une formidable expérience dans un microcosme entrepreneurial, totalement en phase avec besoins et les attentes des entrepreneurs. Ce voyage a été l’occasion de réaliser qu’en France, nous avions encore du chemin à parcourir pour être à la hauteur. Mais en 2 ans, je remarque déjà une nouvelle dynamique en France, Station F en est la preuve.

Baguette à Byciclette est très présente sur les réseaux sociaux, notamment Facebook. Ce moyen de communication représente quoi pour toi ?

Les réseaux sociaux sont formidables pour exister. Il permet de parler à quasi tout le monde et notre audience est très réactive aux publications. Pour aborder nos clients particuliers c’est le meilleur média, totalement adapté aux usages de notre époque. Puis il faut bien avouer que mettre l’eau à la bouche avec des bonnes viennoiseries ça facilite la tâche ;)

 

Autres communications