Vincent Sade (Klepierre) : “L’école fournit une méthodologie et une rigueur dans le développement de sa pensée. C’est très important dans le monde des affaires ».

Recruté à la direction du Développement du groupe Klépierre, spécialiste européen de l’immobilier de centres commerciaux, Vincent Sade (Programme Grande Ecole 2009) dévoile les stratégies en cours dans ce secteur en pleine mutation.

Quelles sont tes missions au sein de Klépierre ?

Le groupe Klépierre renforce constamment l’attractivité des centres commerciaux qu’il détient ou gère. Je suis chargé de superviser ces projets de développement, en France et en Europe. En plus de réunir les différentes parties prenantes (administration, maîtres d’œuvre, architectes, etc.), il faut également décider des enseignes qui seront présentes dans les centres commerciaux. Entouré d’équipes en France et en Europe, je dois veiller à ce que tout se déroule parfaitement. 

Une nouvelle prise de poste c’est toujours un peu stressant ?

Chaque entreprise a sa propre culture et les personnalités des nouveaux collaborateurs différentes. Pour être crédible, je pense qu’il faut s’intéresser aux membres de l’équipe, déterminer leurs talents et les mettre en condition de les exprimer. 

Ton objectif pour tes 100 premiers jours ?

C’est justement de construire une équipe opérationnelle, de savoir sur qui compter en fonction des projets et des compétences de chacun. Au bout de 100 jours, il faut avoir déjà créé une structure solide, elle s’améliorera ensuite avec le temps. 

Le secteur de la distribution a été chamboulé avec l’arrivée d’Internet, quelles sont les évolutions en cours ?  

Aujourd’hui, il y a deux tendances qui se dessinent. D’un côté, les centres commerciaux traditionnels cherchent à survivre en alliant praticité (parking pour les consommateurs, large choix de boutiques sous un même toit) et prix les moins chers. L’arrivée récente et le succès de Primark ou de Costco sur le marché français en attestent. De l’autre, de plus en plus de boutiques de centre-ville misent sur la qualité des produits et l’expérience client afin justement de se différencier d’Internet. Proximité et qualité sont les maitres mots.

Internet a obligé à se réinventer. Les centres commerciaux doivent recréer une expérience client unique sinon les consommateurs préféreront la rapidité et la facilité d’Internet. Il faut multiplier les stratégies de « drive to store » pour attirer les consommateurs grâces aux technologies mobiles, ou proposer des show-rooms en partenariat avec des pure-players. Les centres commerciaux qui ne se renouvelleront pas survivront difficilement…

En quoi emlyon business school t’a aidé dans ton parcours ?

L’école fournit une méthodologie et une rigueur dans le développement de sa pensée. On la rend synthétique, concise. C’est très important dans le monde des affaires.

Un livre sur ta table de chevet ?

Je lis la biographie de Steve Jobs. C’est intéressant de comprendre sa capacité visionnaire, comment il est arrivé à un tel succès en s’attachant à améliorer le quotidien des gens.

 

Autres communications