Bruno Hug de Larauze (Idéa Groupe) : « Le monde évolue très vite, mais il faut aussi se méfier de l’instantanéité de notre époque et savoir prendre du recul »

PDG d’Idéa Groupe, prestataire logistique des supply-chain industrielles spécifiques, Bruno Hug de Larauze (Programme Grande Ecole 1985) a été élu en 2016 président du « Club des Trente ». Ce think-tank fait valoir les atouts du territoire du Grand Ouest, une Bretagne élargie « fière de ses racines mais ouverte au monde, entreprenante »… 

Vous êtes président du think-tank du « Club des Trente », quelle en est sa mission ? 

Le Club des Trente regroupe des dirigeants du Grand Ouest qui ont à cœur de dynamiser leur territoire. C’est un engagement personnel fort puisque j’ai été pendant  six ans à la tête de la CCI de Saint-Nazaire, puis six ans président de la CCIR des Pays de la Loire. 
Les métropoles de l’Ouest ont démontré leur attractivité : la qualité de vie est reconnue et le taux de chômage du territoire est moins élevé que dans le reste de la France. Le club représente cette Bretagne fière de ses racines mais ouverte au monde, entreprenante. 

Pour vous, qu’est-ce qui définit un entrepreneur ? 

C’est en soi, on est entrepreneur par nature, il y a le goût de l’aventure et l’envie de donner du sens à sa vie… Quand on m’a confié en 1996 la gestion d’Idéa Groupe (ex MTTM La Fraternelle), je ne me suis pas posé la question, c’était une évidence. 

Vous avez gardé des liens avec votre ecole ? 

D’une certaine façon : mon fil y suit ses études :) J’y retournerai avec beaucoup d’affection. J’ai de très bons souvenirs de ma participation au guide Le petit paumé et j’ai toujours en mémoire un cours de merchandising où le professeur, un as, nous avait entraîné au milieu des linéaires d’une grande surface.  

Un livre sur votre table de chevet ? 

Un sac de billes de Joseph Joffo, qui raconte l’histoire de deux enfants pendant la Seconde Guerre mondiale, la Bible et un livre sur la guerre numérique. 

Le numérique, c’est un sujet qui vous inspire ? 

Le monde change et c’est une chance. La « disruption » est un sujet tarte à la crème mais une réalité qui oblige les entreprises à être agile. Il faut analyser les changements à l’œuvre, voir comment seront impactés les métiers. La transition énergétique est un autre enjeu majeur pour les entreprises, elles devront innover pour accompagner ce changement. 
Je m’intéresse de près aux startups. Avec Idéa, nous prenons des participations dans des jeunes entreprises, nous en créons. Le monde évolue très vite, il faut suivre le rythme. Mais il faut aussi se méfier de l’instantanéité de notre époque, savoir prendre du recul et accepter que la pensée est lente… 

Un entrepreneur qui vous inspire ? 

Pierre Bellon qui a développé avec talent Sodexo. Et un autre grand homme : mon père. Il a laissé les rênes de son entreprise avec grande classe. 
 

https://www.linkedin.com/in/bruno-hug-de-larauze-4434a030/

Autres communications