Antoine Cheul (Shopopop) : « Le collaborateur idéal comprend les enjeux de l'entreprise et de l'écosystème dans lequel il évolue »

Jun 21, 2018

Shopopop répond à la problématique de la livraison  par le collaboratif. A l'image de blablacar, des particuliers peuvent récupérer les courses drives ou autres achats en point de retrait et livrer un voisin contre quelques euros. Le service a séduit la plupart des distributeurs, notamment grâce au fait qu'il fonctionne aussi bien en ville qu'à la campagne. Shopopop est présent dans une dizaine de villes en France et poursuit son expansion nationale. Rencontre avec son fondateur, Antoine Cheul, diplômé du Global Entrepreneurship Program (2015).

Comment est née l’idée Shopopop ?

A la suite de mes études, j'ai travaillé en Inde, j'ai été fasciné par le concept des Dabbawallah. Ce système de livraison de repas du XIXeme siècle hyper efficace, mixé avec l'essor du drive alimentaire et de l'économie collaborative en France ont été les ingrédients qui m'ont donné le concept de Shopopop !

Quels ont été les plus grands défis dans le lancement de ta société ?

Il a fallu rassembler une équipe aux compétences variées, mais aussi complémentaires, et qui se retrouvaient dans le projet. Ensuite, se faire connaitre auprès des grands distributeurs a été une étape importante, tout comme faire une preuve de concept en "bootstrap" : beaucoup de bricolage, du travail et pas mal de culot. Enfin, les problématiques plus classiques d’une entreprise ont fait surface, à  savoir : le financement, et les ressources humaines.

Que gardes-tu d’emlyon business school ?

Au-delà des compétences, je pense que c'est un état d'esprit que je garde d’emlyon. Savoir être conquérant, se concentrer sur l'innovation, comprendre les enjeux des acteurs en s'imprégnant de l'environnement...

Nous avons besoin de rester très agiles dans notre offre afin de pénétrer rapidement les marchés et devenir une référence dans notre secteur. 

Ton collaborateur idéal, il serait comment ?

Il comprend les enjeux de l'entreprise et de l'écosystème dans lequel il évolue, il est motivé par le projet que nous menons. Il a envie d'apprendre et surtout de partager son expérience avec le reste de l'équipe. Cela crée une vraie cohésion et une montée en compétence très qualitative. 

Etre early makers, ça signifie quoi pour toi ?

Avoir un concept ambitieux et être "time to market",  Lancer des projets, échouer vite, apprendre vite pour se remobiliser rapidement. Cela doit se faire suivant les valeurs de l'entrepreneur, c'est comme ça que le projet ira loin.

En bref: "be the change you wish to see in the world". 

Tu as la possibilité de recruter n’importe qui dans ta boite, qui serait l’élu ?

Frederic Mazzella, le fondateur de BlaBlaCar ! Il a créé un nouveau standard dans le transport, réussi à fédérer autour de son projet un véritable éco système, les chauffeurs, les passagers, mais aussi les "helpers", ces utilisateurs qui aiment tellement le concept qu'ils gèrent le service client de manière bénévole. 


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.